Notre ambassadeur du Mois du cœur 2024

À propos du Dr Rob Beanlands

Nous avons l’honneur d’annoncer que le Dr Rob Beanlands, M.D., FRCPC, sera l’ambassadeur du Mois du cœur 2024.

Le Dr Beanlands est un cardiologue primé, ex-chef de la Division de cardiologie et actuellement directeur général adjoint de l’Institut.

Cette année, le Dr Beanlands nous aidera à promouvoir la santé cardiaque dans le cadre de la campagne Février, c’est le Mois du cœur. Il incarne véritablement le genre de talent et d’engagement que nous pouvons développer avec vos contributions.

 

Entretien avec le Dr Rob Beanlands

QU’EST-CE QUE ÇA VEUT DIRE POUR VOUS D’ÊTRE L’AMBASSADEUR DU MOIS DU CŒUR 2024?

Mon père m’a appris qu’être un bon médecin, c’est en bonne partie avoir le courage d’innover et de trouver de nouvelles façons de donner des soins.

Pour moi, l’essence même du leadership, c’est de se mettre au service des autres. L’Institut de cardiologie est votre institut, et nous sommes là pour vous.

Chaque année, Février, c’est le Mois du cœur, et c’est toujours un moment très particulier. En tant qu’ambassadeur de la campagne cette année, j’ai bien hâte de vous raconter ce qui se passe entre nos murs et de vous parler de l’impact de notre travail.

QUELS SONT VOS PREMIERS SOUVENIRS DE L’INSTITUT DE CARDIOLOGIE?

L’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa (ICUO) est à toutes fins utiles ma résidence secondaire et ma deuxième famille. Nous avons grandi ensemble. L’Institut fait partie de ma vie depuis que j’ai 17 ans. Mon père, le Dr Donald Beanlands, a déménagé notre famille de Toronto à Ottawa pour cofonder l’Institut avec le Dr Wilbert Keon en 1976.

À l’époque, il y avait de l’électricité dans l’air chez les Beanlands. En quelque sorte, l’Institut a vu le jour dans notre cuisine. Chaque jour, le projet prenait de l’ampleur.

Mon père et ma mère animaient régulièrement un club de lecture pour les étudiants et résidents en médecine. Nous recevions des médecins et des visiteurs de partout dans le monde qui passaient chez nous pour partager un repas et échanger leurs impressions. Au souper, mon père annonçait fièrement le nom des nouvelles recrues. Il était très fier de chaque petite victoire vers la création d’une équipe de soins de santé unique en son genre. Un peu à la manière des entreprises en démarrage d’aujourd’hui, nous étions en avance sur notre époque. Nous étions visionnaires dans notre objectif de bâtir un centre de soins cardiaques sans égal.

DE QUOI ÊTES-VOUS LE PLUS FIER?

Discussion, coopération et innovation constantes : ce sont des mots qui résument bien notre institut. Chaque semaine, nos médecins, infirmières et autres soignants travaillent ensemble et partagent l’avant-scène avec d’autres établissements de renom comme les cliniques Mayo et Cleveland. Nous recevons régulièrement des stagiaires et des médecins des meilleures écoles du monde venus observer et apprendre nos techniques et les pratiques derrière l’excellence de nos soins.

Notre institut fait partie des dix premiers au pays. Il se classe dans les 3 % les plus performants en recherche à l’échelle mondiale. Nous obtenons de très hautes notes pour la qualité de nos soins et la satisfaction de nos patients.

Reprenant les mots du mouvement environnemental, mon épouse Geneviève soutient qu’il faut « penser globalement, agir localement ». C’est le genre de conversations que nous avons à table, ce qui me rappelle les conversations dans la cuisine familiale.

QUELLE EST VOTRE VISION POUR L’AVENIR DE L’INSTITUT?

Dans le passé, l’Institut était considéré comme un diamant brut. Au fil des ans, il est devenu un véritable joyau.

Notre vision de l’avenir, c’est la santé cardiaque pour tous.

Nous continuons d’explorer des occasions d’approfondir et de renforcer notre engagement envers l’excellence. Pour ce faire, nous devons investir dans la technologie, sans toutefois perdre de vue l’importance de la chaleur humaine. L’excellence des soins passe par les relations humaines et une bonne communication entre les patients, les familles et les équipes soignantes.

Chaque personne, qu’elle habite Barry’s Bay, Pembroke, Cornwall ou Alexandria, doit avoir accès au même niveau de soins que nos voisins de la rue Ruskin à Ottawa. Il est temps de combler les lacunes dans les soins cardiaques.

Nous avons fait beaucoup de chemin, mais il y a encore beaucoup à faire.

POURQUOI L’APPUI DE LA COMMUNAUTÉ EST-IL SI IMPORTANT POUR LA SANTÉ CARDIAQUE À OTTAWA?

Ensemble, nous aidons à traiter et à guérir les maladies du cœur, qui demeurent la première cause de mortalité dans le monde. L’Institut a besoin de partenaires qui appuient son travail.

Vos investissements financent le démarrage d’études prometteuses qui pourraient mener à de nouveaux traitements. Les dons permettent aussi d’offrir une formation de pointe à la prochaine génération de professionnels de la santé.

Vous avez aidé à bâtir ce pôle d’excellence en soins cardiaques qui soigne aujourd’hui des centaines de milliers de patients d’ici et d’ailleurs. Certains nous arrivent de loin, y compris de Terre-Neuve, du Labrador et du Nunavut.

Aujourd’hui, avec votre aide, nous pouvons mener la charge. Il faut du courage pour continuer d’innover et d’essayer de nouvelles choses, mais c’est ce qu’il faut faire pour les personnes qui nous sont chères.